Gauche 2012 : le « logiciel de la victoire »

Marie-Noëlle Lienemann et Paul Quilès, initiateurs, il y a un an, d’ un appel à la constitution d’un grand parti de toute la gauche, viennent de proposer “un calendrier pour la victoire en 2012”. Vous trouverez ci-dessous le texte de l’appel.

Pour signer l’appel, cliquez sur le lien suivant : http://petition.gauche2012.org/index.php?petition=2&signe=oui

Le site de l’appel : http://www.gauche2012.org

Aujourd’hui, il paraît évident que l’aspiration à un changement profond est forte parmi les Français et pas seulement chez ceux qui se sentent « à gauche ».

Et pourtant, chacun sent bien que le rejet de N. Sarkozy et de sa politique ne suffira pas. Pour gagner en 2012, la gauche devra avoir la capacité de convaincre les électeurs qu’elle sera apte à conduire le changement, ce qui implique que son candidat devra porter un projet crédible et largement partagé par les forces politiques qui le soutiennent.

Tous ceux qui postulent à conduire ce combat et qui considèrent, selon la formule,  qu’ils sont « les mieux placés pour faire gagner la gauche » en conviennent, mais ils restent discrets sur les modalités d’une telle démarche : comment la conduire, sur quelle base, avec qui, selon quel calendrier? Préférant se limiter à des généralités, ils évitent de rentrer dans ces détails….alors que, comme le dit le proverbe anglais : « le diable est dans les détails ».

Si l’on n’aborde pas de face ces questions, il faut être conscient que chacun de ces postulants (une dizaine sur l’ensemble de l’échiquier de la gauche), qui a sa « petite idée » sur la façon de faire, qu’il garde pour lui, continuera à agir en fonction de sa propre stratégie. Pour les uns, il s’agit d’arriver à la phase finale de la désignation des candidats ; d’autres considèrent qu’ils peuvent avoir des chances de l’emporter ; d’autres encore se contenteraient de figurer dans le casting, pour « exister », pour « préparer la suite », pour « renforcer leur parti »….autant d’expressions fréquemment entendues.

Au contraire, seule une « grande idée », publique, débattue, cohérente, permettra d’éviter  l’échec inéluctable auquel conduiraient de telles démarches. Cette grande idée devrait tenir compte de deux exigences incontournables :
– le candidat doit être celui d’un projet
– ce projet doit être celui d’un large rassemblement de la gauche

Partant de ce constat, il est alors clair que la désignation du candidat doit se faire dans des primaires associant tous ceux qui auront accepté un projet, dont le candidat sera porteur. Pour y arriver, il faut que ce projet soit défini lors d’un processus rassemblant le plus grand nombre d’organisations de gauche (partis, clubs, associations…).

Ce processus impose un calendrier comportant 6 phases, dont l’enchaînement pourrait être le suivant :

->    1ère phase (été 2009). Décision de mettre en place un Comité de préparation des « Etats Généraux de la gauche ».

->    2ème phase (2ème semestre 2009).  Travaux du Comité de préparation :
-fixation des objectifs des Etats Généraux, du mode de débat, de la date et du fonctionnement des Etats généraux.
– rédaction de textes introductifs et choix des enjeux prioritaires à débattre.

->   3ème phase (décembre 2009 – janvier 2010). Préparation des Etats généraux nationaux par des rencontres décentralisées

->    4ème phase (juin 2010, après les élections régionales). Etats Généraux : vote de la Charte du candidat (projet), détermination du mode de fonctionnement des primaires (auxquelles participeront les militants et adhérents de toutes les organisations ayant accepté la Charte).

->  5ème phase (2ème semestre 2010). Mise en place d’un comité unitaire de préparation des primaires, établissement de la liste des votants. Campagne des candidats se présentant aux primaires.

->    6ème phase (début 2011). Primaires.

Il est plus que temps de sortir des généralités et des silences, qui visent en réalité à masquer les ambiguïtés, les insuffisances et les contradictions des stratégies individuelles ou isolées. On l’a dit, de telles démarches ne peuvent que conduire à l’échec. A l’inverse, le calendrier en 6 phases ici présenté pourrait devenir, après débat, un véritable « logiciel de la victoire ».

J’approuve cette proposition et je demande à toutes les formations de gauche d’accepter d’engager des discussions dans ce sens.